Return to site

“Plus on est de fous et plus on lutte contre le gaspillage alimentaire”

Interview de Mathieu Roger / Biocycle

“Plus on est de fous et plus on lutte contre le gaspillage alimentaire”. C’est la devise de Mathieu Roger, coordinateur chez Biocycle. Biocycle est une association qui lutte contre le gaspillage alimentaire et la précarité alimentaire. Grâce à des vélos triporteurs, elle collecte les invendus alimentaires des commerçants et professionnels de l'alimentation pour les livrer à des associations caritatives. Chaque semaine, Biocycle collecte jusqu'à une demi tonne d'invendus et aide 300 personnes à s’alimenter.

Laurent Eskenazi : Bonjour Mathieu Roger. Vous êtes coordinateur chez Biocycle. Biocycle c'est quoi ?

Mathieu Roger : Biocycle c'est une association qui lutte contre le gaspillage alimentaire et la précarité alimentaire. Notre coeur de mission c’est de collecter les invendus alimentaires des commerçants et professionnels de l'alimentation (supermarché, marchés, restauration collective) pour les livrer à des associations caritatives qui en font dons à leurs bénéficiaires. Et ainsi faire le lien entre le trop (le gaspillage alimentaire), et le trop peu (la précarité alimentaire).

LE : Quel est votre rôle dans l'association ?

MR : Au sein de l'association, je suis coordinateur, c'est à dire que c'est moi qui vais organiser l'opérationnel de l'activité, et qui vais donc coordonner les collectes, les

cycles livreur avec les commerçants, les associations, et également sur les

animations de sensibilisation avec nos partenaires, et réaliser nos prestations

auprès des personnes qui nous l'ont demandé.

LE : Pourquoi ou comment a été créé biocycle ?

MR : Biocycle a été créé suite à un double constat. Le premier c'était qu'il y avait beaucoup de gaspillage alimentaire, notamment dans la ville de paris où l'association s'est fondée. Et que juste à côté des commerces qui peuvent générer du gaspillage alimentaire il ya des personnes qui souffrent de la faim et qui n'ont pas de quoi se nourrir, et que ces deux ces deux variables que sont le gaspillage alimentaire et la précarité alimentaire étaient en augmentation. Et donc Biocycle s'est créé dans le but de faire le lien entre les deux et que l'un devienne la solution de l'autre.

LE : en quoi Biocycle agit pour le climat ?

MR : Biocycle s'est créé autour d'une démarche qu'elle a voulu cohérente et nous on associe fortement les démarches sociales et les démarches environnementales. C’est pour ça que notre action de collecte et de redistribution des invendus se fait uniquement en vélo triporteur, afin d'avoir un outil propre, ouvert sur la ville et de mobilité durable. Et on agit également sur la sensibilisation du grand public pour essayer de passer les bonnes pratiques de non gaspillage alimentaire, et ça on le fait notamment auprès des enfants dans les écoles, puisque c'est les plus jeunes et les citoyens de demain qu'il faut former pour avoir une action la plus importante au niveau du climat.

LE : Quelle est la démarche digitale de Biocycle ?

MR : Notre démarche digital se décompose en différents outils. On a notre site internet qui nous permet de communiquer sur nos sur nos actions et d'avoir de nouveaux partenaires pour faire de nouvelles prestations de collecte et d'animation de sensibilisation. on a également nos réseaux sociaux qui nous permette de communiquer avec notre communauté que ce soit sur facebook, twitter, instagram, linkedin, et même sur youtube où on a des vidéos qui présentent nos actions. Et on a également des outils en interne qui nous permettent de gérer facilement notre communauté de bénévoles qui nous sont très utiles pour nous aider sur la gestion des animations et sur certaines collectes.

LE : Des succès récents à partager ou quelques chiffres ?

MR : Aujourd'hui Biocycle collecte jusqu'à une demi tonne d'invendus par semaine ce qui permet d'aider 300 personnes, et cette année on a dépassé la barre des 20000 personnes sensibilisées grâce à nos animations.

LE : quels sont les prochains challenge ou projet pour biocycle ?

MR : Alors les projets de Biocycle c'est de se développer sur d'autres villes sous forme de micro franchise et donc d'accompagner des collectivités à développer sur leur territoire une solution de type Biocycle qui va permettre de collecter et redistribuer le gisement de ressources que sont les invendus sur leur commune auprès des personnes en précarité dans la commune, et ça c'est vraiment le principal défi sur 2019 pour Biocycle.

LE : Avez vous une anecdote ou un message à partager avec les internautes ?

MR :A toutes les personnes qui apprécient notre démarche, je les invite à visiter notre site internet et à nous contacter pour devenir bénévole de l'association parce que plus on est de fous et plus on lutte contre le gaspillage alimentaire.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly